Carnet de voyages d'une dinde

Rangitoto Island

Rédigé par Adrian - -

La semaine dernière, je suis allé visiter l'île volcanique de Rangitoto, au large d'Auckland. Si le temps n'a pas été aussi beau que je l'aurais voulu, ça reste une excellente expérience. J'y ai pris quelques jolies photos, et j'en ai beaucoup appris sur le processus de colonisation d'un territoire volcanique par la végétation. Prêts pour un cours de sciences naturelles ?

Au commencement fût le feu

Tout commence par une énorme explosion il y a environ 600 ans, au large de ce qui est aujourd'hui Auckland. Le volcan Rangitoto vient d'entrer en éruption. C'est la plus récente éruption d'un champ volcanique qui comprend 48 volcans sous diverses formes (cônes, îles, lacs... ). (Oui, depuis 3 semaines, je vis sur un gigantesque champ volcanique [en], en compagnie d'un million et demi de personnes, soit environ un tiers de la population totale de la Nouvelle-Zélande. Autant vous dire que quand tout ça va péter, la densité déjà faible du pays va baisser un grand coup. ) Bref, donc, il y a 600 ans, un gros paquet de lave est sorti de la mer et a créé une île. Il n'y avait donc que de la roche, et ça ressemblait environ à ça :

La roche volcanique avant d'être colonisée (et le sommet en fond, dans la pluie)

Au fil du temps, diverses variétés de plantes, notamment des lichens et des mousses, ont été apportées par le vent ou les quelques oiseaux survolant l'île. Le lichen est le premier colonisateur d'un tel territoire. Il se développe sur les rochers, absorbes les minéraux, et puis comme tout être vivant fini par mourir. Le lichen mort tombe dans les creux entre les roches, et petit à petit se forme un premier terreau. Arrivent alors les premiers arbres, encore une fois portés par le vent ou les oiseaux. Dans le cas de Rangitoto, c'est le pōhutukawa, arbre originaire de Nouvelle-Zélande, et bien adapté aux environnements difficiles, qui s'est développé tout autour de l'île.

Un pōhutukawa dans Auckland

L'arbre accélère la création d'humus dans son environnement proche, et favorise le développement de nouveaux types de plantes, comme des fougères, qui profitent de l'ombre et des minéraux. Chaque arbre créé donc ce qu'on appelle un « îlot » de végétation, et au fur et à mesure de l'apparition de nouveaux îlots et de leur élargissement, ceux-ci vont se rejoindre et créer des îles. Et le processus va continuer ainsi pendant encore des centaines d'années, jusqu'à ce que toute l'île soit entièrement recouverte d'humus et de végétation.

Un îlot de végétation autour d'un pōhutukawa

On compte une quarantaine d'espèces d'orchidées sur l'île

Puis vint le Burger King

L'île de Rangitoto est donc un fantastique observatoire du processus de « succession primaire [en] », mais c'est également un des meilleurs points de vue de la région ! La vue depuis le sommet est époustouflante, et il ne faisait même pas très beau. On y trouve également des caves de laves (des caves et tunnels formés lors de coulées de lave, quand l'extérieur refroidit et se solidifie alors que l'intérieur continue à s'écouler), et on y entend de nombreux chants d'oiseaux magnifiques.

Comme d'habitude, ma sélection de photos est disponible sur mon site dédié (clique ! ) mais en voici quelques unes pour illustrer mes propos.

Sauras-tu trouver l'intrus sur cette photo ?

Vue sur l'île de Motupatu depuis le sommet du Rangitoto

L'entrée d'une cave de lave

Les commentaires sont fermés.